Erare humanum est...perseverare diabolicum 

             L'erreur est humaine, mais persévérer est diabolique...

et nous sommes dans le diabolique  !

 

  "Le monde que nous avons créé est le résultat de notre niveau de réflexion, mais les problèmes qu'il engendre ne sauraient être résolus à ce même niveau ".

                                                                                                   Albert Einstein

    "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire".                                                                                                                                                                                                                                                    Albert Einstein

 

Vous trouverez assez régulièrement des citations d'Albert Einstein ce grand savant  empreint de "bon sens" et d'une grande conscience en terme d'Humanité. C'est une chose plutôt rare chez beaucoup de scientifiques de confession généralement  "scientiste" et qui ne sont que des rats de laboratoires dénués de conscience et

 à la solde d'affairistes de très haut vol .

En toute logique, il n'y a pas de problème sans solution ; où alors  c'est que le problème est mal posé... voire pas, même pas posé du tout car il se peut que le problème en question en arrange certains !

Souvent la difficulté de résolution d'un problème

réside dans le fait que les solutions des uns

se trouvent être précisément les problèmes des autres ! 

 

                                                      De la  réalité 

De la "réalité", de la réalité et non du « réalisme », voire de cet « utilitarisme », de ce "néopositivisme" américano-anglo-saxon  auquel l'utilitarisme est lié; ce ne sont là que

des « paroxysmes » : des abus de tout !  

 

Toute chose porte en elle sa propre négation, 

non pas intrinsèquement mais uniquement par l'usage

que nous autres les humains en faisons  ! 

Une nouvelle scientifique vient de sortir, et tous les éleveurs de bétail s'en réjouissent ! 

Il serait possible de choisir le sexe des animaux dès la conception pour avoir le sexe désiré par le dit éleveur ; affaire de productivisme et bien sûr de chiffre d'affaire !

 

Incroyable : non ! Mais réfléchissons un tant  soi peu. Ne soyons pas naïfs, ce que la science est en capacité de faire pour les animaux et les plantes, le génétiquement modifié ; ne pensez-vous pas que des scientifiques et des affairistes sans aucun scrupule ne le feront pas sur des humains.  C'est déjà en marche avec tous les tenants du transhumanisme ! 

 

Ainsi que penser de ces scientifiques qui, d'un côté, avec ce qui est dit "intelligence artificielle", travaillent à faire des machines des sortes de quasi humains; et d'autres qui travaillent biologiquement sur le " transhumanisme" à faire des humains des quasi machines.  Que penser d'une telle civilisation en terme d'Humanité : de "Principe d'Humanité" ! 

   

Ici quand on parle de « réalité », il s’agit de réalité « métaphysique humaine » que tout un chacun peut palper, voire expérimenté dans sa vie de tous les jours tel un gilet jaune.  Quant au « réalisme », ou au « pragmatisme » ils ne sont évoqués que par des « utilitaristes »

qui ne le pratiquent qu'en fonction de buts rarement fondés « ontologiquement ou ni

« déontologiquement » en termes d’Humanité mais uniquement d'un utilitarisme affairiste ; quant à l'Ethique ou à l'Altérité ..... 

 

C’est de l’utilitarisme pur et dur pour satisfaire des tenants et des aboutissants avant tout capitalistiques, financiaristes, technoscientistes ; même s’ils sont soit disant fait au nom d’une « collectivité », d’une soi-disant solidarité, forcément à géométrie variable selon leurs besoins; une collectivité, qui, en réalité : n’en demande pas autant contrairement à ce qui est prétendu !

 

La réalité se construit : elle se bâtit ! Qu’elle soit de nature réellement « physique », tel un bâtiment, une construction, ou qu’elle soit de nature « métaphysique », bien moins palpable, toute réalité doit être construite sur une base solide, sur des bases solides, de vraies fondations et non sur du sable pour un bâtiment, ou du vent en ce qui concerne la métaphysique humaine si facilement manipulable !

Le problème ici, dans notre « Réalité », celle « métaphysique humaine », c’est que tout est construit sur du vent, sur du sable, sur de la poudre aux yeux ; voire du sophisme et du cynisme ! Qui construirait de la sorte, sinon des faussaires, des voleurs, des arnaqueurs, des bonimenteurs de foire, des imposteurs, des marchands de sommeil, des camelots, des Rois de l’entourloupe : des « politichiens » à la solde de ploutocrates et de technocrates  impénitents  ! Et que dire de ces nouveaux nuisibles, de cette nuisance, que sont les fact-checkers, qu'est le fact-checking ? 

 

Nous sommes même au-delà du réalisme : nous sommes en plein surréalisme ; en pleine

« science fiction » ! Une chose est certaine : tout ceci est construit. Non pas « humainement » construit mais dogmatiquement construit. Tout est construit en fonction d’une pure croyance rationalo-économico- technoscientiste, du moyen pour le moyen et du moyen imbécile ! De l’efficacité pour l’efficacité et de l’efficacité imbécile ! De la chose pour la chose et de la chose imbécile ! Du comment sans le pourquoi ! Des affaires pour les affaires : de l’affairisme !

Albert Einstein, encore lui, disait qu'il existe deus infinis, celui de l'Univers et celui de la bêtise humaines; encore précise-t-il, que pour l'Univers les choses ne soient pas certaines ! Là, nous ne sommes plus dans la bêtise humaine mais nous nous confinons carrément dans la "connerie humaine ! 

 

Mais cette "connerie humaine" n’est pas le fait de Monsieur ou Madame Toulemonde qui ne maîtrise plus rien dans cette « affaire », et même subissent tout ; c’est de la faute de ces « Élites » ploutocrates, technocrates et scientistes qui nous dirigent. Des « Élites » qui entendent bien diriger le monde en instaurant une gouvernance mondiale  et nous envoyer vers le "Transhumanisme" et la fin du "Principe d'Humanité" !

 

Une autre raison et une autre logique s’imposent, et que tout ceci soit fondamentalement

un peu plus ouvert sur la « Démocratie », sur le « Principe d’Humanité », aussi sur ceux de la « République », de la Res-publica » : de la chose publique tel la « Santé Publique » !