L'intelligence se définie comme une faculté
de connaître, de comprendre, de conceptualiser, d'agencer ! 


L'intelligence est une faculté HUMAINE ! 

Sont-ce là des facultés de l'artificiel ? 

Alors pourquoi parle-ton d'intelligence artificielle ?
Etre de conception intelligente ne signifie pas "intelligence " ! 


Qui plus est, il convient aussi de s'interroger, en termes d'intelligence
de l'usage qui est est fait de cette "ingénierie mécanico informatique",
en termes d'Humanité ?
    

 

 De l'intelligence : en termes d'entendement !

  Intelligence  VS Malignité 

Afin d'éviter de se fourvoyer de façon permanente,
il conviendrait de ne pas confondre
intelligence humaine et malignité humaine !

Soigner les maux implique de mettre des mots sur ces maux ! 

Mais avons-nous encore le droit de nous interroger : de réellement SAVOIR ? 

          Penser de la sorte, se compoter de la sorte, simplement  réfléchir , 

relève du "complotisme" pour le nouvel ordre mondial !

 

Sommes-nous plus intelligents avec notre pléthore de savoirs rationalo-technoscientistes ?

 

      Non, il semblerait que non ! Il semblerait que nous soyons toujours au fond de

la caverne avec les « ombres » qui s’agitent, même de plus en plus,  ignorants de l’humain ! Nous pouvons même ajouter à la « caverne » de Platon avec ces ombres,

la « taverne scientiste » de Bacchus tellement nous sommes saoulés de scientisme et de technoscientisme !

 

     Il ne s’agit pas, ici, d’être contre la science et la technique, qui, au demeurant, sont utiles et nécessaires à l’humanité ; il s’agit simplement de les remettre à leur place qui est celle d’un savoir, ni plus, ni moins important qu’un autre, et, notamment que celui « philosophie », plus dans la sagesse que dans l’irraisonnable, l’inconséquence, l’insupportable !

 

     Une autre raison, que celle du seul argent, de ce retour au « Veau d’Or » : du plus fort économiquement parlant !  Une autre rationalité que celle d’un rationalisme paroxysme de rationalité et plus simple rationalité. Une autre logique que

celle « dichotomique », sans nul doute vieille résurgence de l’antédiluvienne lutte entre

le bien et le mal !  Tout ceci, ce changement s’impose, et que ce nouvel ordre, ce nouveau paradigme plus ouvert, qui existe déjà, mais que tout ce beau monde ploutocratique  technoscientiste, affairiste, sophiste et cynique : feint d’ignorer !

 

     Prenons pour exemple l’économie, la science économique ; plus exactement les sciences économiques car elles sont pléthores comme autant de moyens à mettre en œuvre,

qui, le plus souvent, rationalisme de la chose pour la chose oblige, s’ignorent les unes les autres, et même se combattent ! L’économie est un « système » et même un écosystème car plusieurs systèmes, sous-systèmes, et même sous-sous-systèmes, sont à l’œuvre, et tout

le monde en convient !  Alors pourquoi ce n’est pas la « logique écosystémiques », afin d’éviter de tomber dans l’écueil du système pour le système, et du système imbécile : pourquoi ce n'est pas la logique écosystémique qui préside l'économie ?  

     Il y a tout simplement que, dans la « logique écosystémique », tout participe, tout s’entretient, tout collabore, ce qui ne convient pas aux intérêts particuliers, à cet « individualisme méthodologique » de la chose pour la chose, qui président toujours

et de plus en plus cette économie ploutocrato-financiaro-affairiste en diable !

  Relativisons ! 

        Pour se référer à l'Etant et à l'Être humain, et histoire de relativiser comme le disait le facétieux Albert ; si l'on réduisait la formation de la terre à 24 heures, l'Être,

les hominidés n'apparaissent que dans les trente dernières secondes. Quant à l'homme moderne, le plus grand "prédateur" de la "Nature" sur cette planète, par sa nature animal dont il lui reste assurément des traces, mais aussi et surtout par son savoir moderne au modernisme paroxysme de modernité et plus simple modernité, dans cette civilisation paroxysmique de fuite en avant rationalo économico technoscientiste qui n'arrange rien à l'affaire; il est capable cet homme moderne au modernisme, ce qui est tout de même un comble, non plus de bêtise mais bel et bien de connerie humaine:

il est en  capacité technoscientiste de de se détruire lui-même !

Pas besoin d'un méchant virus pour détruire l'Humanité :

l'humain lui-même suffira !  

 

        Il est capable par son arrogance au terme d'un "pseudo savoir", Incomplet, (forcément), Incertain (la complexité est telle), Impossible en terme de perfection ,

selon les acquits intellectuels du XX è siècle, issus de la physique quantique qui établi la "complexité" en lieu et place du "simplisme" et dont tout le monde rationalo-technoscientiste se fout royalement;  comme par ailleurs du principe cognitif de Pascal :

il est en capacité de s'exterminer lui-même tellement il est stupide !

 

     Relativisons:  

*       Cet humain moderne au modernisme, à l'échelle d'une journée de 24 h, sachant que les premiers hominidés sont apparus il y a 7 millions d'années et donc dans les dernières 30 secondes de cette journée de 24 heures ;  il n'est là, cet "homme voué au modernisme" vieux de seulement quelques siècle ; que depuis 1/ millième de seconde dans cette journée de 24 heures. Et que de dégâts en quelque siècles !  

 

Au sujet de la « modernité » ou du « modernisme »;

c’est quoi être moderne ?

         C’est quoi la modernité ? La modernité ou être moderne, c’est simplement être

de son temps, ni en retard, ni en avance sur son temps ; c’est ça la modernité et être moderne : rien de plus, rien de moins, rien de trop !   

         Qu’est-ce que le « modernisme » ? C’est la modernité poussée à son paroxysme :

cette fuite en avant rationalo économico technoscientiste essentiellement affairiste à laquelle nous nous livrons ! C’est ça le modernise et il nous envoie droit dans le mur, et à une vitesse « V » ; et l’impact sera très dur si nous ne changeons rien !

       

                                                          **********************

       

  Le "tel quel" venant étymologiquement de "talis qualis" a donné "qualitas" puis qualité !       

 

Nous devons tout qualifier en terme d'Humanité

et non de seule technicité et pire : de technoscientisme ! 

 

Préférer le qualitatif au quantitativisme ! 

Préférer l'amélioration  permanent à l'innovation permanente ! 

  Voilà la bonne voie à suivre ...

et non celle du rationalisme, du toujours plus loin, toujours plus haut,

toujours plus fort ...           

car plus dure, et elle est inéluctable :
  sera la chute !