De la nouvelle liberté...  

 

C'est nouveau et cela vient de sortir ! 

En matière d'ingénierie sociale (contrôle total des individus),

on arrête pas le progrès !

 

Dans le concert des Nations, mais existent-elles encore ces Nations, la devise républicaine

 de la France, pour mémoire : Liberté, Egalité, Fraternité; dans ce concert des Nations

cette devise républicaine française a toujours, et très souvent été, une épine

dans le "godillot" de ce concert des Nations d'acculturation occidentale 

exclusivement américano-anglo-saxonne qui préfère plutôt cette formule :

Libéralisme, libre échangisme et affairisme 

   De la nouvelle liberté... mais  contrainte ! 

La liberté, notre liberté chérie, attachée à la République  et symbolisée par Marianne

avec ce  "bonnet phrygien", que portaient dans l'antiquité les esclaves 

que leurs maîtres avaient décidés d'affranchir : 

cette "Liberté chérie" n'est plus un concept "philosophique", ni même de "droit",

ce sera un  " Devoir d'obéir  au chef  et même aux chefaillons garde-chiourme " !

         En effet, désormais et comme notre "Président de la Res-privat", de la chose privée et non de la chose publique, de la Res-publica, de la République, en a décidé, de lui-même, la liberté relève désormais, non plus "droit", mais du "devoir" d'obéir ; très précisément du droit et des règlements qui seront pris au fur et à mesure de besoins gouvernementaux. des besoins, non pas de nature démocratique, mais de cette politique technocrato-ploutocratique, associée à l'intelligence artificielle, menée par ce que l'on peut désormais appeler des "politichiens" tellement leur "cynisme" est grandiloquant ! Il faut prendre conscience que très récemment, c'est tout chaud et très chaud, que les "politiques" qui étaient déjà  passés de "politiques" à "politiciens", ce qui en disait déjà long sur eux, viennent  de passer de "politicien" à "politichiens" ! Le terme de "cynique" vient étymologiquement

du latin "cynicus" et du grec "kunikos": "canin" et "chien".

               

Ainsi, par un tour de passe passe "jupitérien"

nous sommes passé d'une "Liberté conditionnelle ", forcément conditionnelle car sociétale,

sauf pour le "libéralisme économique", qui, lui de nature essentiellement systémique,

du système pour le système, veut une liberté inconditionnelle... car il se fout du sociétal; 

c'est ainsi, que, par un tour de passe passe, de "droit à la liberté" " au "DEVOIR d'OBEIR "

nous sommes passés à une liberté sociétale non plus conditionnelle mais contrainte !  

    

        Mais rassurez-vous, rien ne sera "obligatoire", mais on saura vous contraindre ! Ceci est expérimenté depuis deux années et ça fonctionne du feu de Dieu !  C'est ce que nous avons vécu avec les injections "ARN Messager", puis le "pass sanitaire" et ensuite le "pass vaccinal" : rien d'obligatoire ! Non, non, rien d'obligatoire...mais on saura vous  contraindre par les moyen les plus vils, les plus tordus, les plus mesquins, aux prétextes de considérations scientifiques, dite de "santé publique", en réalité d'intérêts financiers non déclarés ; au titre de considérations scientifiques et technoscientistes les plus spécieuses et les plus fallacieuse qui puissent être, car elles nous envoient directement vers le "transhumanisme" et la fin du Principe d'Humanité : la fin de l'humanité !

Ce n'est pas de l'avenir, c'est déjà du vécu :

de l'expérimentation grandeur nature depuis plus de deux années.

Et pourvu que ça dure se disent "bigpharma" et toutes ces start-up nation affairistes qui attendent que la " Santé Publique "

leurs soient totalement dévolue  et devienne ainsi totalement " privée "  !  

Et il persiste et signe ! En effet, car à peine réélu le Président de la "Res-privat" fait déjà passer des textes qui en disent très long sur ce qui nous attend à l'avenir.

C'est ainsi que Jean Castex et Gérald Darmanin, sur ordre, ont signé un texte (suivez le lien) 

ceci, afin de lancer une application d'identité numérique, de "passeport numérique ", auquel sera intégré  le pass vaccinal, c'est prévu par l'Europe à partir de septembre 2022,

et qui n'est rien d'autre qu' un premier pas vers le crédit social à la chinoise que prône l'U. E. ! 

Un usage pour l'instant non obligatoire; en effet, les choses ne seront jamais obligatoires

mais on saura, non pas vous convaincre, mais, et  ça devient une habitue : vous contraindre !

En effet, en cas de refus des points de votre "crédit social" seront  drastiquement déduits  ! 

Et vos droits "sociaux" s'en trouveront systématiquement réduits ! 

On ne fait plus appel à l'intelligence humaine,

l'Intelligence Artificielle" fera l'affaire à la perfection, et en cas de non respect :

la carotte et le bâton (récompenses et punition) feront parfaitement le Job

 car nous sommes des ânes bâtés, un cheptel que l'on peut piquer

en totalité  à l'ARN Messager come le font les vétérinaires dans les élevages en batteries ! 

Il n'y a pas de liberté absolue;

en société, faire ce que l'on veut, comme l'on veut n'existe pas !

 

       Comme quoi le libéralisme économique, une liberté économique poussée 

à son paroxysme  technoscientiste, vouée au consumérisme et à un productivisme

hors de tout entendement, totalement inutile, sauf pour des affairistes au prétexte de satisfaire à une demande qu'ils créent eux -mêmes comme un cercle vicieux qu'ils prétendent vertueux mais uniquement pour augmenter leur richesse : tout ceci relève d'un abrutissement on ne peut plus grandiloquant ! 

Il n'y a donc pas de Liberté absolue en matière de société ; pour autant

nous contraindre par tous moyens à la convenance d'un gouvernements national ou de plus en plus mondial, mondialiste ; ceci pour des prétextes de plus en plus spécieux et fallacieux, n'ayant rien de sociétaux   : il y a des limites : non ? 

C'est la voie ouverte au "fascisme" et au "nazisme"

ou plus exactement au "Mazisme"  

étant donné ce "mondialisme" qui nous envahit ! 

Le programme de DAVOS est d'inspiration

socialo-écolo-oligarchique " Maziste " car rien ne sera démocratique": 

tout sera forcé ; tout sera contraint... bien que pas pour tout le monde! !

 

Bien que le résultat en soit est très proche, les suffixes "archie" et "cratos",

ne signifient pas à chier" ou "crasse" : mais pouvoir  

 

         L'anarchie n'est as une solution, il faut une délégation de pouvoir à des représentants non professionnels, ils doivent savoir qu'ils sont éjectables, qu'il ne peuvent s'installer dans ce pouvoir pour gouverner, dans une rente qu'ils critiquent pour le autres ! Une délégation pour gouverner et non pour imposer tout et son contraire au gré d'un vent voué au libéralisme, au libre-échangisme et à l'affairisme !

 

      Il est assez étonnant de constater comment certaines "valeurs" ou "principes" sont à géométrie variable, selon qu'il peuvent servir ou desservir le système en place. Ainsi on vous contraindra au nom d'une "solidarité', en l'occurrence "sanitaire", qui, assez généralement, et cette fois en matière d'économie, cette " solidarité " serait utile et nécessaire, se trouve totalement galvaudée ! 

 

Solidarité ne doit, et ne peut pas dire contrainte ! 

   

***********

Un humain doit être libre de penser et d'agir,

mais cette liberté est forcément relative et non absolue !

        Pour autant nous devons pouvoir penser et agir selon nos propres besoins

et nos  propres convictions, à la fois individuels et collectifs mais sans antagonisme, pour peu, qu'ils et qu'elles soient acceptables, par, et pour tout un chacun !

        Il y a « moi » et "ma liberté",

et il y a les « autres » avec leurs libertés :

comment fait-on ?

 

     On règlemente : règlements sur règlements à coup de 49.3  !

          Non! Ceci ne pourra se faire que par une intelligence humaine relevant de l'entendement et non d'une malignité humaine relevant d'un rationalisme technocratique  et scientiste essentiellement affairiste. Ou encore d'une "intelligence artificielle" qui nie l'Humanité et même entend bien l'exploiter !  

 

Comme le précise Edgar Morin : un rationalisme qui ignore les êtres, la subjectivité, l'affectivité, la vie : est totalement irrationnel 

          En terme de rationnel ou d'irrationnel, un énorme problème se pose à nous 

en matière de résolution de problèmes ; comment faire quand les solutions des uns se trouvent, très précisément, être les problèmes des autres !